Accès Micro-Crédit Gaspésie

Michael Briand (entrepreneur)

Se lancer en affaires : Michael Briand (Distillerie O’Dwyer, Gaspé)

Nous avons rencontré, le 8 juillet 2020, Michael Briand, co-propriétaire de la première distillerie en Gaspésie. Michael a démarré, avec son partenaire, Frédéric Jacques, en 2016, la distillerie O’Dwyer. Michael a grandi à Sudbury en Ontario. Lorsqu’il était enfant, Michael rendait visite à la parenté de son père, à Douglastown. Michael disait, à l’époque, à sa grand-mère, qu’un jour il viendrait vivre à Douglastown. À l’âge de 19 ans, Michael décide de venir étudier au CÉGEP de la Gaspésie-les-Iles. Aujourd’hui, Michael vit avec sa femme et ses enfants à Gaspé et est co-propriétaire d’une entreprise florissante dans la région. Nous sommes allés à la rencontre de Michael pour discuter de son parcours entrepreneurial. Qu’est-ce que l’entrepreneuriat selon lui ? Comment est-il devenu un entrepreneur ?

*** This article is also in english, click here to read it ***

AMCG : Selon toi, en quoi consiste d’être un entrepreneur?

Michael Briand (M.B.) : Selon moi, être un entrepreneur signifie de prendre des risques et de faire quelque chose qui vous passionne. Il est également important de vous entourer des bonnes personnes qui vous mettront, non seulement, au défi, mais également, qui vous aideront à vous pousser dans la bonne direction. Lorsque j’ai lancé mon entreprise, être un entrepreneur signifiait simplement de faire quelque chose de différent, qui n’avait jamais été fait. Quand j’ai réalisé qu’il n’y avait pas de distillerie en Gaspésie et que ce domaine me passionnait déjà depuis plusieurs années, il a été facile pour moi de décider de me lancer dans cette aventure entrepreneuriale.

AMCG :  Comment es-tu devenu un entrepreneur?

M.B. : Je ne sais pas si je me considère, en ce moment, un entrepreneur, mais de réaliser un rêve et avoir une passion en même temps était quelque chose qui m’a toujours passionné. C’est une combinaison de beaucoup de choses qui m’ont fait me lancer en affaires, mais par-dessus tout, j’ai vu une opportunité de créer une entreprise en Gaspésie et je l’ai saisie. Le soutien de ma femme y est aussi pour beaucoup. Voyant mes enfants grandir, je voulais également leur montrer qu’il est possible de faire quelque chose qui vous passionne et de réaliser vos rêves.

AMCG : Selon toi, quels sont les avantages d’être un entrepreneur?

M.B. : Selon moi, le principal avantage d’être un entrepreneur est l’entière liberté que vous avez de faire ce que vous voulez quand vous le désirez. Lorsque nous sommes entrepreneurs, nous avons la liberté d’explorer une multitude d’avenues que nous n’avons pas nécessairement en travaillant pour quelqu’un d’autre. Bien sûr, en tant que propriétaire d’une entreprise, vous pouvez travailler parfois deux fois plus que ce à quoi vous vous attendiez, en revanche d’avoir la liberté de réaliser un produit que vous désirez voir sur le marché est, selon moi, un des avantages d’être entrepreneur.

AMCG : Dans quelles circonstances as-tu le plus appris sur l’entrepreneuriat?

M.B. : J’ai réalisé, lorsque j’allais faire mon entrée au secondaire, que je voulais devenir un inventeur, un entrepreneur. L’été entre ma sixième année et mon entrée au secondaire, ma tante, une entrepreneure, m’amenait dans des salons d’entrepreneurs. Lorsque j’étais un enfant, je désirais devenir un inventeur. Lorsque je suis allé dans ces salons avec ma tante et vu tous ces entrepreneurs, ces inventeurs qui présentaient leurs produits, j’ai réalisé qu’il était possible de devenir un inventeur, un entrepreneur. C’est à ce moment que j’ai réalisé que c’était ce que je voulais faire dans la vie. Je voulais faire quelque chose de différent. J’ai réalisé rapidement que je voulais être passionné par quelque chose et je voulais que ce soit ma vie.

AMCG : Quelle était ta plus grande appréhension par rapport à l’entrepreneuriat?

M.B. : Ma plus grande appréhension de devenir entrepreneur et de démarrer mon entreprise était le risque que cela ne fonctionne pas. Il y a des gens qui comptent sur vous et donc si cela ne fonctionne pas, que faites-vous ? Également, nous étions les premiers à démarrer une distillerie dans la région, on ne savait pas comment les gens allaient recevoir notre entreprise, notre idée, nos produits. M’entourer des bonnes personnes au bon moment a été un élément clé du succès de notre compagnie. J’ai cinq mentors, certains d’entre eux ne savent même pas que je suis leur apprenti. Je crois qu’il est très important d’avoir des mentors avec de l’expérience, qui ont vécu ce que je vis maintenant. Avec ce soutien, nous avons réussi et j’en suis fier.

AMCG : Avec le recul, aurais-tu fait quelque chose de différent quant à ton entreprise?

M.B. : La seule chose que j’aurais faite différemment par rapport à mon entreprise aurait été de changer l’emplacement de celle-ci. On ne s’attendait pas à vendre notre gin, nos produits à même la distillerie. C’est une loi qui a changé après que nous ayons acheté le bâtiment. Donc, s’il y a une chose que j’aurais changée, c’est de mettre la distillerie le long de la route 132 et d’être plus axé sur l’industrie du tourisme.

AMCG : Qu’aimerais-tu dire aux future.e.s entrepreneurs par rapport à l’entrepreneuriat?

M.B. : J’aimerais que les futurs entrepreneurs sachent qu’il y aura toujours un risque à se lancer en affaires. Il se peut que votre projet ne fonctionne pas, mais il se peut également que vous réussissiez. S’entourer des bonnes personnes au bon moment est très important et peut définitivement augmenter vos chances de réussir. Prendre un risque fait partie de l’entrepreneuriat, mais planifier, avoir un plan d’affaires, connaitre son marché et fournir un produit qui répond à un besoin dans l’économie locale sont des éléments qui vous permettront de réussir.

Vous désirez vous lancer en affaires comme Michael, cliquez ici pour en connaitre davantage sur nos services et comment notre équipe peut vous aider.